4 Questions sur la pose d'un revêtement décoratif

<p>revêtement décoratif sur fixateur, tuilage provoqué par un défaut d'acclimatation </p>

revêtement décoratif sur fixateur, tuilage provoqué par un défaut d'acclimatation

<p>revêtement décoratif sur fixateur, joints provoqués par le chauffage au sol</p>

revêtement décoratif sur fixateur, joints provoqués par le chauffage au sol

<p>revêtement décoratif sur sous-couche de pose base PVC, collage adhésif</p>

revêtement décoratif sur sous-couche de pose base PVC, collage adhésif

<p>revêtement décoratif sur colle humide, déplacement suite à un durcissement retardé.</p>

revêtement décoratif sur colle humide, déplacement suite à un durcissement retardé.

Tout ovrir Tout fermer

1. Pour la pose d'un revêtement décoratif, à quoi faut-il tout particulièrement veiller ?

Pour l'aspect agréable du revêtement attendu par l'utilisateur final, la préparation parfaite du support est déterminante. Ainsi, le ragréage devra de préférence avoir été appliqué au râteau puis débullé. Lors du remplacement d'un revêtement VER ou textile par un revêtement décoratif, l'isolation aux bruits d'impact peut être considérablement réduite. Ce problème intervient surtout dans les habitations en location. Dans ce cas, la convenance du revêtement décoratif pour le bâtiment concerné doit être vérifiée.

  • L'acclimatation du revêtement est très importante, tout particulièrement en association avec une colle sèche ou un fixateur (en application au rouleau). Ces colles ne peuvent empêcher les modifications de dimensions dues à l'ajustement de la température du revêtement lors de la pose (photo 1).
  • Si la pose doit intervenir sur un sol avec chauffage intégré, alors uniquement sur un chauffage à l'eau chaude et avec une limite de  température de surface à 28°C au maximum (photo 2)
  • Pour l'utilisation en domaine médical, noter que le revêtement décoratif - du fait du grand nombre de joints - n'est pas pratique à désinfecter et que le dessin des joints peut être amplifié par les agents désinfectants (ceux-ci retirent les plastifiants du revêtement), ce qui peut encore renforcer l'effet négatif.
  • Avec les sièges de bureau, il faudra vérifier la convenance des roulettes. Sous les chaises et les tables, l'utilisation de patins adaptés est recommandée.
2. Avez-vous vécu des expériences de pose critiques avec les revêtements décoratifs ? Quelle en était la cause ?

Pose sur sous-couche:  La pose sur lit de colle humide n'est en règle générale pas possible sur sous-couche de pose, du fait de l'absence d'absorption. Si, pour le choix d'une colle, on se rabat sur le collage adhésif, subsiste alors un risque important d'empreintes dues à l'interaction de deux couches "souples". Il en va de même pour la convenance des sièges à roulettes. Si la sous-couche de pose contient également des plastifiants, les dommages ne pourront pas être évités (photo 3).

Pour la pose en diagonale sur fixateur (au rouleau), les réclamations sont programmées d'avance. Les nombreuses surfaces de coupe entraînent un grand nombre de petits fragments de revêtement, que le fixateur ne pourra bloquer. Si des joints de mouvement courent dans la pièce, la situation sera encore aggravée par la proportion de coupes encore augmentée.

Dans les jardins d'hiver, la température peut être à ce point élevée (> 50°C) que  même une colle humide trouvera ses limites. Dans ce cas, le revêtement devra être collé avec une colle base résine réactive à deux composants. 

3. Quel type de colle favoriseriez-vous personnellement ?

Favoriser n'est pas l'expression idéale. Pour le choix, le critère décisif est l'utilisation prévue.

Premier choix: Colle humide

Les colles humides offrent une utilisation universelle sous les revêtements décoratifs, une mise en œuvre sure et une exploitation du revêtement en toute fiabilité. L'applicateur évite les erreurs de choix et donc, plus tard, des réclamations. Une colle humide - dont font partie également les colles adhésives - n'est toutefois pas identique à une "colle traditionnelle peignée". Le collage adhésif est associé à un risque considérable d'empreintes résiduelles et de variations dimensionnelles - il n'est donc plus considéré, sous les revêtements décoratifs, comme une technique adaptée. De plus, une colle humide, associée au ragréage adapté, prend très rapidement. Dans les premières heures, elle peut déjà atteindre plus de 50% de sa résistance finale, offrant ainsi une grande fiabilité et un résultat de pose optimal avec le revêtement décoratif sélectionné.  

Exigences spécifiques: Colles sèches

Les critères de sélection sont une mise en œuvre rapide et une sollicitabilité immédiate, une pose sur ancien revêtement, une pose sans interruption sur le chantier et une dépose sans trace.

Choix du revêtement et exigence de performance limités:  Fixateur (appliqué au rouleau)

Un fixateur pour des exigences "simples" et  uniquement pour des revêtements de dimensions stables. Il existe une restriction, qui toutefois intervient seulement après dépose du revêtement: du fait de sa souplesse et de son pouvoir collant permanent, l'élimination de l'ancien fixateur est extrêmement difficile. D'après notre expérience, une construction à neuf n'est possible qu'après avoir "isolé" les restes de fixateur avec un ragréage polyuréthane à deux composants. 
Dans les cas permettant l'utilisation équivalente d'une colle sèche ou humide, notre préférence irait à la colle sèche. Elle est innovante, remarquable quant à la pose et inégalée en matière de respect de l'environnement.

Quel type de colle pour quel cas de pose ?

Une colle humide offre une utilisation universelle, car

  • elle est adaptée pour tous les cas d'application
  • elle est adaptée pour tous les cas d'utilisation
  • elle est adaptée pour tous les types de revêtements décoratifs
  • elle assure un revêtement d'aspect agréable durablement, sans joint

Elle est la seule colle qui peut être utilisée de façon fiable en présence d'un chauffage au sol, de température élevées / d'un rayonnement solaire direct et avec tous les revêtements, et peut faire obstacle la formation de joints.

Unique restriction: les durées de séchage spécifiques au produit doivent être respectées.

Colle sèche et fixateur sont des produits spéciaux destinés aux utilisations mentionnées plus haut.

4. Quelles sont les erreurs typiques lors de la pose d'un revêtement décoratif?
  • L'absence d'acclimatation du revêtement avant la pose est, d'après notre expérience, l'erreur la plus fréquente. La conséquence en est, p.ex. le tuilage des bords du revêtement (Illustration 1). Par principe, il convient de toujours travailler conformément aux instructions du fabricant de colle / du revêtement. Déballer les éléments de revêtement peut s'avérer avantageux, ceux-ci pouvant ainsi s'adapter plus rapidement aux conditions ambiantes.
  • Une pose par conditions ambiantes défavorables. Les conséquences en sont p.ex. une formation de cloques, due au défaut de séchage de la colle.
  • Un système non adapté, p.ex. un ragréage peu absorbant, qui peut entraîner, en association avec une colle humide, un durcissement retardé (illustration 4) ou, avec un fixateur, un temps de gommage prolongé.
  • Une couche de ragréage trop mince (épaisseur < 2 mm) ou un ragréage insuffisamment sec entraînent également les effets décrits.
  • Des zones de collecte d'impuretés de dimensions trop réduites. Elle peuvent provoquer des éraflures et donc une altération de l'aspect.